Chilly-Mazarin, lundi soir. L’avenir de la piscine communale et du cinéma François-Truffaut a été évoqué, non sans remous, lors de la première réunion publique sur la révision générale du plan local d’urbanisme de la ville. LP/G.M. L a soirée n’a pas été de tout repos, ce lundi, pour Jean-Paul Beneytou. Le maire (LR) de Chilly-Mazarin a été quelque peu chahuté lors de la réunion publique organisée dans une salle bondée du complexe Jesse-Owens. La présentation du diagnostic de la ville *, première étape de la révision générale du plan local d’urbanisme (PLU) engagée dans cette commune, ne s’est pas faite sans protestation de la part des opposants aux différents projets défendus par la majorité municipale. En matière d’équipements, deux dossiers ouverts à l’hôtel de ville ont notamment soulevé des inquiétudes. La piscine communale va-t-elle fermer ? C’est en tout cas ce que peuvent supposer les habitants ayant compulsé la page 49 du document détaillé lundi soir. « La piscine, vieillissante, va disparaître, au profit d’un projet de piscine intercommunale à Longjumeau », est-il indiqué noir sur blanc. Une information vite tempérée par Jean-Paul Beneytou, qui ne voit dans cette assertion « qu’une erreur » d’écriture ayant réussi à se glisser dans le diagnostic. « Nous allons la rectifier », s’est-il empressé de préciser à son auditoire. Et de confirmer dans la foulée que la réflexion sur l’avenir de cette structure sera bien menée à l’échelle communautaire, dans le cadre d’un grand « plan piscine ». « Mais aujourd’hui, rien n’est décidé », répète l’élu. Des investissements pour le cinéma. Jean-Paul Beneytou s’est aussi employé à faire taire les rumeurs courant sur le cinéma François-Truffaut. L’établissement, qui compte deux salles de 245 et 95 places, ne fermera pas ses portes selon lui…

Retrouvez l' article original dans son intégralité sur www.leparisien.fr